Louis Thomas ACHILLE à différents âges – Montage Jean-Louis ACHILLE 2024 © Fonds Louis Thomas ACHILLE

Lorsque Louis Thomas ACHILLE meurt subitement à son domicile lyonnais, le 11 mai 1994, s’achevait un long cheminement exceptionnel, sur trois continents : Amérique, Europe, Afrique.
Les messages de condoléances reçus, la célébration de ses funérailles, les innombrables liens qu’il avait tissés, les multiples résurgences du flux vital qui l’a porté, ont progressivement transformé son action en ferment pour de nouveaux horizons.
Dans les médias, au cœur de ses innombrables engagements, au son de sa voix dans son milieu professionnel de l’enseignement et le milieu musical, lors des événements culturels et religieux, partout, la présence du professeur et du chef de chœur martiniquais semble avoir entraîné celles et ceux qui l’ont croisé et entraîne encore de nos jours, pour aller vers l’Autre.

Pour ses proches, l’indispensable prise de recul n’a pas toujours été facile.
En effet, dès son décès, il leur a fallu faire vivre sa trace, sous l’effet de multiples demandes. Ca n’a pas cessé depuis.
Trois décennies plus tard, l’empreinte profonde qu’il a laissée se dégage progressivement, s’articulant avec l’histoire générale, dont il a été l’un des acteurs. C’est ce dont ce site souhaite faire état.

Les dépaysements successifs qui jalonnent l’itinéraire de Louis Thomas ACHILLE au fil du XXème siècle sont le signe d’une volonté de demeurer vivant, partout où la vie l’a appelé. Et pourtant, il n’avait personnellement choisi ni l’enseignement de l’anglais, ni la ville de Lyon, ni le veuvage, ni de subir le racisme…

Départ de New-York pour la France à bord de l’Île-de-France – 07/1936 – Photo Louis Thomas ACHILLE – © Fonds Louis Thomas ACHILLE

Les événements de notre époque, parfois d’une extrême gravité, rappellent la nécessité de faire mémoire des parcours inspirants afin de pouvoir appréhender avec confiance un avenir on ne peut plus incertain.

Dans ces injonctions de la vie, Louis Thomas avait su voir les étapes de son pèlerinage sur cette terre. Avait-il en mémoire la transplantation forcée de ses ancêtres esclaves, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ?

Louis Thomas ACHILLE et ses cousines Paulette et Jane Nardal, entourés du Park Glee Club® au Morne-Rouge (Martinique) août 1978 – photo J.L. Achille © Fonds Louis Thomas ACHILLE

En tous cas, lorsqu’il entend pour le première fois les Negro Spirituals, Salle Gaveau à Paris au début des années 1920 avec sa cousine Paulette Nardal, il découvre dans ces chants d’esclaves africains-américains la lumière qui éclairerait désormais son chemin.
Puis, une autre lumière majeure est venue s’ajouter : l’esprit de paix et de joie de François d’Assise qui l’accompagnera sur les routes d’Europe, avec ses « Compagnons ».
Tels sont les socles sur lesquels il a choisi de bâtir sa vie, sans prosélytisme.

Stèle funéraire de Louis Thomas ACHILLE au cimetière de Loyasse ancien LYON 5° – photo Jean-Louis ACHILLE

Ses études supérieures l’avaient amené à quitter son île natale de la Martinique, à 17 ans, pour Paris.
Durant celles-ci, il participera aux prémices de la « Négritude » à Paris et Clamart, avec ses cousines Nardal. Puis, il enseignera le français une dizaine d’années aux Etats-Unis d’Amérique en milieu africain-américain.

Louis Thomas ACHILLE avec Mercer Cook aux USA – 1932 © Fonds Louis Thomas ACHILLE
Ses collègues américains de Howard University : Ralph Bunche, Alain Locke et Eusebio Fuertes, devant le Panthéon à Paris – 1942 – photo Louis Thomas ACHILLE © Fonds Louis Thomas ACHILLE

C’est la guerre qui l’amènera en Afrique (du Nord). Puis, une fois devenu professeur agrégé d’anglais, il formera à Lyon, en classes préparatoires aux Grandes Écoles, la future élite française à une vision de la culture anglophone à échelle mondiale.

Mais, durant cette immédiate après-guerre, il avait souvent dû taire son expérience, craignant d’être incompris, voire rejeté, des milieux qu’il côtoyait à Lyon.
Or, en 1992 Louis Thomas Achille avait écrit à son ancien élève de khâgne Michel Fabre organisateur du colloque à la Sorbonne nouvelle « Les Noirs-Américains et l’Europe » :

« Puis-je vous avouer que, nommé à mon premier poste à Lyon que je n’aurais pas osé ni voulu solliciter, j’ai dû tirer un rideau de brume et de silence sur mon passé américain, hormis la résurgence, assez irrésistible et totalement fortuite, 
des spirituals chantés par mes élèves volontaires. 
Une sorte d’amputation que j’ai aidé à se cicatriser; 
c’était un choix dans l’histoire d’un Antillais expatrié ».

Sa participation à ce colloque international fut pour lui un véritable bain de jouvence.

Et Louis Thomas poursuivit sa lettre de 1992 :

« Et puis voilà que votre invitation au colloque, avec participation active, a déchiré ce voile et ranimé des souvenirs presque éteints. 
Le membre a été ressoudé et le sang a recommencé à circuler, d’où une véritable griserie, un renouveau qui me rendait méconnaissable à mes amis lyonnais et à ma propre famille, épouse et descendance comprises. 
Je n’en espérais pas tant d’une vie qui se termine sans avoir été inutile. 
Mais que de braises ravivées... »
Le sculpteur Richmond Barthé – New-York – 07/1936 – photo L.T. Achille © Fonds Louis Thomas ACHILLE
Détail d’une œuvre du sculpteur américain Richmond Barthé à New-York – 07/1936 – photo L.T. Achille – © Fonds Louis Thomas ACHILLE

La qualité des liens que Louis Thomas ACHILLE avait su établir et entretenir, la haute tenue de son enseignement, l’originalité de ses pratiques musicales avec le Park Glee Club®, après avoir d’abord intrigué, n’ont pas provoqué de rejet, à de très rares exceptions. C’est beaucoup plus souvent l’enthousiasme qu’il soulevait, comme en témoignent :

35ème anniversaire du Park Glee Club®, auditorium du Lycée du Parc 69006 Lyon (France) – photo Jean-Louis ACHILLE – © Fonds Louis Thomas ACHILLE

A titre d’exemple on peut aussi écouter le discours prononcé le 25/05/1974, à l’occasion de la prise de retraite de Louis Thomas ACHILLE, professeur agrégé d’anglais au Lycée du Parc de Lyon.
Dans l’extrait ci-dessous, il y aborde deux sujets : la vie au lycée en Mai 1968 et les syndicats d’enseignants : (durée 3:35)

De nos jours, les descendants de Louis Thomas ACHILLE s’efforcent de partager une histoire familiale singulière. Ils adressent leurs plus vifs remerciements à celles et ceux qui se sont déjà intéressés au parcours de leur père et donnent rendez-vous pour de prochaines étapes.

Ces trente années d’action mémorielle ont été rendues possibles entre autres grâce aux archives amassées par Louis Thomas ACHILLE. L’impact de nos publications est largement démontré par l’intérêt des institutions, médias, et autres partenaires, pour la vie féconde de Louis Thomas ACHILLE et celles de ses cousines Nardal, dont l’actualité témoigne de l’importance capitale.

Louis Thomas ACHILLE interprétant le Negro Spiritual  » Were you there?  » Concert du 45ème anniversaire du PARK GLEE CLUB® église Saint-Pothin Lyon 6° (France) 11/12/1993
Image (vidéo) de Jean-Louis ACHILLE pour Negro Spirituals, Lyon

Les enfants de Louis Thomas ACHILLE
11 mai 2024

Prolonger cet éditorial

FILACO

Clôture du Festival International des Littératures Africaines, Caribéennes et de l’Océan Indien – Hommage à LTA

Actualités
événement Clôture du FILACO Festival International des Littératures Africaines, Caribéennes et de l’Océan Indien Vendredi 14 décembre 2018 19h à 21h amphithéâtre Louis Thomas ACHILLE du Lycée du Parc 1 boulevard Anatole France – 69006 Lyon pour [...]

EVENEMENT POUR LE MONDE NOIR ET LES SŒURS NARDAL

ACHILLE-NARDAL
TROIS NOUVEAUX LIVRES Les textes en rouge sont cliquables Ce 17 avril 2024 restera comme un moment majeur dans la connaissance du monde noir et l’actualité de la figure des sœurs Nardal : 3 livres sont publiés [...]
ACHILLE-NARDAL

Documentaire radio sur Paulette Nardal

NOUVEAU Paulette Nardal, la négritude et ses sœurs (1896 -1985) Un documentaire radiophonique de France Culture (59 minutes) proposé par Nedjma Bouakra dans l’émission « Toute une vie » Présentation des circonstances exceptionnelles ayant favorisé [...]
Afrique

Epiphanie en Haute-Saône et Commémoration de l’abolition de l’esclavage à Nantes

Epiphanie à Champagney Au XVIIIème siècle le prédicateur qui prononça l’homélie de l’Epihanie à Champagney (Haute-Saône), lors de la messe dominicale célébrée au sud du massif vosgien, avait évoqué des mages venus adorer l’enfant Jésus [...]
Actualités

Les sœurs Nardal – À l’avant-garde de la cause noire par Léa Mormin-Chauvac – Dupliquer – [#7107]

Si le printemps éditorial 2024 est historique pour le Monde Noir et les sœurs Nardal, la première biographie que Léa Mormin-Chauvac consacre à celles-ci, chez Autrement, y participe grandement. Regarder l’entretien exclusif accordé par Léa [...]