Biographie express

ACHILLE Louis Thomas Eugène
né le 31 août 1909 à Fort-de-France (Martinique)
décédé le 11 mai 1994 à Lyon (Rhône)

• professeur agrégé d’anglais

• intellectuel et humaniste français

• fondateur et directeur du Park Glee Club®, chorale de Negro spirituals

• Compagnon de Saint-François (d’Assise)

​Famille

Louis T. ACHILLE est issu d’une famille descendante d’esclaves africains ayant acheté leur liberté avant 1794.

Second fils de Louis ACHILLE, premier agrégé Noir de France dont le stade historique de Fort-de-France porte le nom, et de Marguerite FERDINAND, descendante métissée d’un gendarme breton venu à la Martinique pour l’inauguration de la statue de Joséphine de Beauharnais.
A un frère aîné, Pierre, puis trois sœurs, Marguerite, Jeanne et Isabelle.

Il épouse en premières noces Paulette DOMINJON en 1947. Celle-ci meurt de maladie en 1950.
En 1952, Louis T. ACHILLE épouse en secondes noces Monique POUZET.
Il aura quatre enfants :

  • avec Paulette DOMINJON :
    Dominique, né en 1948,

  • et avec Monique POUZET :
    Jean-Louis, né en 1953, Marguerite-Marie, née en 1954 et Etienne, né en 1960.

Après avoir vécu et travaillé neuf années aux Etats-Unis (1932-1942), et fait la guerre (1943-1945) Louis T. ACHILLE est nommé à Lyon (Rhône) France (1946). Il y enseignera l’anglais
Il est décédé à Lyon 6° et repose au cimetière Loyasse ancien à Lyon 5°.

​Formation

Elevé au sein de cette famille de la bourgeoisie intellectuelle Noire martiniquaise, il obtient simultanément, en 1926, son baccalauréat et une bourse d’enseignement supérieur.
Elève de Première Supérieure, la « Khâgne », au lycée Louis-le-Grand à Paris, il prépare le concours de l’Ecole Normale Supérieure sur les mêmes bancs que Léopold Sédar SENGHOR, Georges POMPIDOU, Henri QUEFELLEC, etc. Il obtient parallèlement un certificat d’anglais à l’Université de la Sorbonne.

​Carrière d’enseignant

Muni de son diplôme d’enseignement supérieur, plutôt que d’enseigner l’anglais dans un collège français, il préfère vivre une expérience originale : de 1932 à 1943, Louis T. ACHILLE enseigne, aux U.S.A. : la langue et la littérature françaises à l’université Noire de Howard, à Washington D.C., et, en été, à l’université d’Atlanta (Géorgie).

Après une interruption de deux ans, de 1943 à 1945, pendant lesquels il s’est engagé volontaire dans les Forces Françaises Libres, affecté comme officier de liaison-interprète d’État-major auprès des armées alliées, à Casablanca (Maroc) et Alger (Algérie), Louis T. ACHILLE, démobilisé en 1945, est classé sixième à l’agrégation d’anglais en 1946, et reçoit sa première affectation au lycée du Parc à Lyon (Rhône).

Il y enseignera sans discontinuer jusqu’à sa retraite, prise en 1974, notamment en Première supérieure (Khâgne) et dans d’autres classes préparatoires scientifiques.

Parallèlement, il intervient à l’Institut de Sciences Politiques (« Sciences-Po ») de Lyon, ainsi qu’à l’Ecole Supérieure de Chimie Industrielle (ESCIL), au cours Pascal, et en formation continue auprès de grandes entreprises (Progil, Rhône-Poulenc).

En 1960 il est nommé pour 6 ans membre du jury de l’agrégation d’anglais.

​Engagements

​Aux USA

Il y prend divers engagements associatifs dont la NAACP et auprès de ses étudiants, donne des conférences et écrit des articles dans des organes locaux sur la question raciale. (The Crisis, Interracial Review, et Liturgy and Sociology.)
Il travaille avec les diplomates afro-américains Mercer COOK et Ralph BUNCHE, qui deviendra prix Nobel de la Paix en 1950.

Park Glee Club®

Inséparable de sa fonction de professeur, l’aventure du Park Glee Club® (1948-1994) est une facette primordiale de la vie de Louis T. ACHILLE.

Louis Thomas s’était ouvert aux Negro spirituals, d’abord à Paris, dans les années 1920 grâce à sa cousine Paulette Nardal, inspiratrice de la Négritude.

Sous l’effet de sa traumatisante expérience de la ségrégation raciale outre-Atlantique, il fonde en 1948 à Lyon, au sein du lycée du Parc, le « Park Glee Club® », chorale interprétant quasi exclusivement des Negro spirituals, a cappella. Il dirigera ce chœur jusqu’à sa mort en 1994.

D’abord composée d’élèves du lycée du Parc, la chorale recrute plus largement par la suite. Le Park Glee Club® se produit essentiellement d’abord dans la région lyonnaise, sur invitation de communes, associations, établissements d’enseignement puis plus largement. Pour le Park Glee Club, Louis T. ACHILLE a toujours préservé sa dimension bénévole et a voulu conserver les méthodes originelles de ce type de musique populaire, son objectif étant de faire connaître au plus grand nombre le caractère sacré des Negro spirituals ainsi que leur message universel de paix.

​Temps forts de l’histoire du Park Glee Club® :

participation sur scène pour l’accueil du Dr. Martin Luther KING Jr., le 29 mars 1966 à la bourse du Travail de Lyon

concert à l’occasion de la venue du pape Jean-Paul II au cours duquel interviendront des membres du Park Glee Club® et de l’Atelier de Negro spirituals de la MACLY, au stade de Gerland à Lyon le 5 octobre 1986, pour 40 000 jeunes spectateurs.

voyage pour le 30ème anniversaire du Park Glee Club®, en 1978.
Louis T. ACHILLE emmène les choristes en tournée à la Martinique, à la rencontre de toutes les chorales de son île natale, en collaboration avec « Joie de chanter », chorale martiniquaise fondée en 1954 par ses cousines Paulette et Alice Nardal, à l’instar du Park Glee Club®.

• Dix ans plus tard, en 1988, c’est à Atlanta que le Park Glee Club® rendra hommage au Dr. Martin Luther KING Jr., assassiné en 1968, en chantant dans l’Ebenezer Baptist Church où ce dernier prêchait, puis devant son mausolée, et enfin au pied de sa statue devant l’International Chapel du Morehouse College à Atlanta.

Comme son fondateur-directeur l’avait décidé, le Park Glee Club® s’est éteint après les funérailles de celui-ci, le 16 mai 1994.

Des chorales-filles ont poursuivi par la suite la pratique du Negro spiritual.

​Autres engagements et fonctions

​Jeunesse littéraire et artistique de la Martinique

Il en est le cofondateur avec ses frères et sœurs, avec ses cousines Nardal à Fort-de-France (1922-1926).

​Revue du Monde Noir

Membre de la diaspora antillaise dans la capitale française, il participe, en 1930, au lancement et à la rédaction (1931-1932) de La Revue du Monde Noir, organe bilingue français-anglais destiné à promouvoir l’expression intellectuelle et artistique de la diaspora noire, revue créée par ses cousines Paulette et Jane NARDAL et le Dr. Sajous (haïtien).
Cette revue est l’un des ferments du mouvement de la Négritude, propulsé par L.S. SENGHOR, le poète et le dramaturge et poète martiniquais Aimé CESAIRE, et le poète guyanais Léon-Gontran DAMAS (qui deviendra le beau-frère de Louis T. ACHILLE).
Louis T. ACHILLE écrira la préface de la deuxième réédition de La Revue du Monde Noir en 1992.
Une nouvelle réédition est prévue aux Nouvelles Éditions Place.

​Compagnons de Saint-François (d’Assise)

Dès 1930 Louis T. ACHILLE fut l’un des premiers membres de ce mouvement international de spiritualité catholique inspirée de saint François d’Assise.
Mouvement international de spiritualité et de recherche de la paix, fondé en 1927 par Joseph FOLLIET et René BEAUGEY. Il se répandra en Europe et deviendra œcuménique.

Louis Thomas se liera d’amitié avec le Compagnon allemand Franz STOCK.

Toute sa vie durant, Louis T. ACHILLE participera aux activités du mouvement, principalement aux routes de pèlerinage dans toute l’Europe.
Il en sera le responsable national en 1975 pour plusieurs années.

Il dit y avoir puisé l’essentiel de son existence.

Ad Lucem per caritatem

En 1936, auprès du Dr. Louis Aujoulat, Louis T. ACHILLE rejoint « Ad Lucem  », association humanitaire catholique d’action internationale qui formera de futurs dirigeants africains lors de la décolonisation.

​1er Congrès des écrivains et artistes noirs

Paris, amphithéâtre Descartes de la Sorbonne, septembre 1956 : événement culturel et politique historique majeur : Louis T. ACHILLE participe au Premier Congrès des écrivains et artistes noirs rassemblant Noirs et Blancs de toute la planète.

Il donnera la conférence : « Les Negro spirituals et l’expansion de la culture noire« , sollicitant l’autorisation de chanter le Negro spiritual qu’il venait de composer en France, en soutien au boycottage des autobus à Montgomery en Alabama par Rosa Parks qui sera l’un des points de départ de l’engagement du Dr. Martin Luther KING Jr. :
« I will walk on my own legs till Kingdom come ».

​Membre de la Société Africaine de Culture

​1er Festival Mondial des Arts Nègres

À l’invitation de son ami L.S. SENGHOR, premier président de la République du Sénégal, Louis T. ACHILLE sera membre du jury à Dakar en mars 1966.

Radio-Fourvière (devenue RCF)

L’esprit de partage du message des Negro spirituals, portera Louis T. ACHILLE à animer à Lyon de 1982 à 1994, une émission hebdomadaire consacrée à la musique sacrée afro-américaine, sur les ondes de Radio-Fourvière, organe dont il deviendra le président du CA.

Au cours de sa présidence, Radio-Fourvière deviendra le réseau international RCF (Radios Chrétiennes Francophones) de 64 radios associatives (FM et Dab+).

​Les Amis de Présence Africaine Lyon

En 1983 il fonde avec Christian Zonhoncon et Michel EVIEUX l’association locale des Amis de Présence africaine, pour Lyon et Grenoble, en lien avec la célèbre maison d’édition « Présence africaine » fondée à Paris par Alioune Diop.

Parmi les actions de l’APAL, on notera dès 1947, la participation régulière de Louis T. ACHILLE à l’entretien de la mémoire des Tirailleurs sénégalais tombés pour défendre Lyon en juin 1940, en organisant la cérémonie annuelle, chaque 11 novembre, au Tata sénégalais de Chasselay (Rhône).

Negro Spirituals Lyon

Durant sa longue vie, Louis T. ACHILLE a patiemment collecté livres, documents, partitions, recueils, disques, de musique sacrée Noire Américaine.

En 1990 il a fondé « Negro Spirituals, Lyon, centre de documentation sur la musique sacrée afro-américaine » rassemblant l’intégralité de ce fonds. Ce fonds a fait l’objet d’une donation à la Bibliothèque municipale de Lyon.

​ITEP « La Bergerie »

Président du Conseil d’Administration de l’Institut Thérapeutique Éducatif et Pédagogique « La Bergerie », à Ouroux (Rhône), fondée par son amie Françoise Riboud.

​Amicale des Professeurs du lycée du Parc

Président de l’Amicale des Professeurs du lycée du Parc à laquelle il agrégera celle des Agents. du même établissement.

​Jury du CAPASE

Membre du Jury du diplôme d’Etat d’animateur socio-culturel

​Distinctions

• Légion d’Honneur : Chevalier

• Ordre national du Mérite : Chevalier

• Palmes académiques : Officier

• Médaille d’Or de la Jeunesse et des Sports

​Informations détaillées et actualité

​Site Internet officiel

Créé et animé par les descendants de Louis Thomas ACHILLE le site Internet, le site

louisthomasachille.com

a pour vocation de mettre à la disposition du public l’information officielle et vivante concernant le parcours de Louis Thomas ACHILLE, en s’enrichissant progressivement.
Dans le menu, chaque onglet noir se colorant en rouge quand on le survole conduit à un article.

​Facebook

La Page Facebook « Louis Thomas ACHILLE », également gérée par ses enfants, permet de mettre l’actualité en résonance avec son parcours, aujourd’hui, et pour demain.

​Contact :

Le formulaire de contact du site permet de joindre les enfants de Louis Thomas ACHILLE.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.