Quatre générations avant Louis Thomas ACHILLE, ses ancêtres étaient esclaves à Marie-Galante (Guadeloupe), colonie de l’empire français dans l’archipel des Petites Antilles françaises, soumis à des maîtres. Ils ont contribué à la prospérité de l’Europe. C’est sur cette petite île qu’ils ont acquis leur liberté.

Par la suite la famille ACHILLE s’est implantée à la Martinique voisine et y a trouvé le lieu de son épanouissement au point de devenir une référence. Une partie a essaimé en Europe, une autre en Amérique du Nord et la dernière en Afrique.

L’héritage de l’esclavage resté longtemps tabou dans la famille a vraiment commencé à être assumé seulement au milieu du XX° siècle, à l’occasion des très nombreuses interventions de L.T. ACHILLE autour des Negro spirituals nord-américains qu’il fit connaître et chanter sur les bords du Rhône, et bien au-delà, avec le Park Glee Club® chorale qu’il a fondée et dirigée jusqu’à sa mort et qui a disparu avec lui.

Sa contribution aux prémices de la Négritude dans les années 1930 au salon de ses cousines Nardal à Clamart, trouvera un puissant support par sa contribution à « La Revue du Monde Noir » (1931-1932) puis en 1956 au 1er Congrès des écrivains et artistes noirs à la Sorbonne à Paris.

Pour nous associer à la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, nous publions ici un extrait d’interview de Louis Thomas ACHILLE par le père Emmanuel Payen pour le réseau Fourvière FM (Radio Fourvière devenue depuis RCF).
Il présente des documents émanant de la Colonie de la Martinique, attestant de la liberté acquise par ses ancêtres ayant été esclaves avant la date du XIII Messidor An II (1er juillet 1794), date du document et année de la première abolition de l’esclavage.

attestation de liberté
détail du document attestant de la liberté de Jean François ACHILLE, nègre libre – Colonie de la Martinique – XIII Messidor An II (1er juillet 1794)  – archives familiales ACHILLE

Présentation du document ci-dessus par Louis Thomas ACHILLE :

Biographie de Louis Thomas ACHILLE

Ce fil rouge « descendant d’esclaves » a structuré sa vie et oriente celle de ses descendants. C’est ce que cette rubrique souhaite partager.

Lire le premier article de la rubrique > 
Esclavage : le point de départ